Retour vers la page d'accueil de Fredon Centre

Espèces invasives et nuisibles

La FREDON Centre assure la mise en place et la coordination de luttes collectives, réalisées en collaboration avec les Fédérations Départementales de Défense contre les Organismes Nuisibles (FDGDON).

Elle encadre actuellement les luttes collectives contre les organismes nuisibles suivants :


CYNIPS DU CHATAIGNIER : optons pour la lutte biologique

Le cynips du châtaignier, (Dryocosmus kuriphilus), originaire d’Asie, a été introduit accidentellement en France. Il a été signalé pour la première fois en 2007 et s’est rapidement révélé être un des ravageurs les plus nuisibles des châtaigniers. Il fait partie des organismes nuisibles réglementés, classé danger sanitaire de catégorie 2 (ordonnance 2011-862 du 22 juillet 2011, article L201-1 du code rural et de la pêche maritime).

Vous avez sûrement déjà remarqué ses galles qui se forment dès le printemps sur les jeunes feuilles et les boutons floraux des châtaigniers. En hiver, on peut observer sur les arbres atteints les anciennes galles nécrosées. On les repère facilement, à la base des feuilles sèches restées accrochées sur les rameaux.

Scientifiques et professionnels se sont rapidement organisés pour développer une méthode de lutte biologique qui se montre particulièrement efficace et adaptée à notre climat. Cette lutte s’appuie sur un petit hyménoptère, le Torymus sinensis, qui parasite spécifiquement les larves de cynips du châtaignier.

Introduction de T. sinensis dans une chataigneraieEn collaboration avec l’ADAPIC (Association de développement de l’Apiculture du Centre) et des producteurs de miel de châtaigniers de Sologne, un programme d’acclimatation de cet auxiliaire dans les châtaigneraies solognotes, réservoirs des ruchers de production de miel de châtaigniers, a été initié en 2016. Par ces introductions en milieu de forte densité de châtaigniers, nous souhaitons mettre en place de petits réservoirs d’auxiliaires qui vont permettre d’accélérer l’acclimatation des T. sinensis et leur dispersion dans notre région. Ce programme a pu être mis en place grâce au soutien financier du Conseil Départemental du Loir et Cher.

Professionnel ou particulier soucieux de préserver vos châtaigniers, nous pouvons vous aider à lutter contre le cynips. Nous proposons d’une part un état de situation par une analyse du niveau de parasitisme de T.sinensis déjà présent dans vos arbres (de fin novembre à début mars) et/ou l’introduction d’auxiliaires dans votre propriété (avril).

Pour plus d’information, contactez nous





Cynips du châtaignier : galles sur feuilles (Photo : FREDON CVL)
Cynips du châtaignier : galles sur feuilles (Photo : FREDON CVL)

La pyrale du buis


Originaire d’Asie, la pyrale du buis (Cydalima perspectalis) a fait son apparition en France en 2008 en Alsace. En 2009, l’insecte a été détecté en Ile de France puis s’est rapidement propagé à de nombreuses régions françaises, ce qui en fait une espèce invasive de première importance.

Description


L’adulte est un papillon nocturne. Ces ailes sont blanches bordées de brun-violet et mesurent environ 35 mm d’envergure. Les 2 sexes sont semblables. Une forme entièrement brune existe mais elle est rare.

Pyrale adulte (source FREDON CVL)

La larve est une chenille de couleur vert clair strié longitudinalement de bandes vert foncé. Elle possède sur le corps de petites verrues noires ainsi que des soies blanches. Sa tête est noire.

Différents stades de chenille de pyrale (source P. BOISSON)

Les œufs sont déposés sous les feuilles. Ils sont disposés en ooplaques (ponte constituée d'oeufs disposés côte à côte, sur une ou 2 couches). Les œufs sont blancs avec un point noir se développant progressivement et qui correspond à la future tête de la chenille.

Cycle biologique :


Selon le climat, le cycle de la pyrale du buis présente deux à trois générations par an. Les chenilles hivernantes reprennent leur activité à la sortie de l’hiver, en mars et continuent à se développer. La nymphose dure environ un mois, au cours duquel les chenilles se transforment en adultes  dans un cocon tissé entre les feuilles (stade chrysalide). La première vague de papillons adultes peut être visible en juin. Les femelles pondent rapidement leurs œufs sur les feuilles et une 2ème génération de chenilles émerge en été. A l’automne, une 3ème génération peut émerger et les chenilles passent alors l’hiver protégées dans un cocon ou dans les anfractuosités de l’écorce.

Dégâts


Les chenilles consomment dans un premier temps le feuillage situé au cœur des arbustes. Au fil du temps, les dégâts deviennent visibles de l’extérieur donnant un aspect défolié à l’arbuste. La présence de ces chenilles peut également être détectée par l’observation d’un brunissement du feuillage, de fils de soie blancs et de boulettes de déjections vertes.

Forte attaque de pyrale sur buis (source FREDON CVL)

Moyens de lutte


Le Bacillus thuringiensis (BT):
Il s’agit d’un traitement à base de microorganisme (bactérie) utilisable en lutte biologique. Ce traitement s’utilise sur les chenilles et est sans risque pour l’environnement et pour la santé humaine.

Les pièges à phéromones:
Le principe du piège à phéromone consiste à diffuser dans l’environnement des phéromones femelles de synthèse afin d’attirer les papillons mâles. Deux utilisations sont possibles : soit ils servent à piéger massivement les papillons mâles et donc limiter la pression du ravageur, soit ils servent à détecter l’apparition des premiers papillons mâles et donc à suivre la dynamique des populations afin de déployer d’autres méthodes de luttes (par exemple, réaliser un traitement biologique).

Piège à phéromones type "Delta" (source FREDON CVL)

Ramassage manuel ou mécanique:

Dans le cas d’une faible infestation, Il est possible de supprimer manuellement ou mécaniquement (appareil à air ou à eau) les chenilles.

Pour connaître les prestations réalisées par la FREDON Centre Val de Loire, contactez-nous.


Les Campagnols des Champs


Le campagnol des champs (Microtus arvalis) est un rongeur de la famille des Muridés, de couleur brun gris. Il mesure entre 9 et 12 cm (tête et corps), avec une queue mesurant 2 à 4 cm. Il s’agit d’un herbivore qui se nourrit des parties aériennes (tige, feuille) et des graines. Il peut consommer jusqu’à 2 fois son poids en végétaux par jour. En plus de sa consommation journalière, il prévoit également une réserve de nourriture dans ses galeries. Les campagnols sont classés parmi les espèces nuisibles aux végétaux (arrêté du 31 juillet 2000). Ils peuvent aussi être vecteurs de maladies transmissibles à l’Homme comme la leptospirose ou la fièvre hémorragique.

Pousses de blé découpées et ramenées au terrier

En région Centre Val de Loire, les dégâts sont surtout observés en grandes cultures (colza, céréales, betteraves), cultures porte graines et en arboriculture (dégâts au niveau du collet sur des arbres jeunes). Comme pour de nombreux rongeurs, l’évolution des populations est cyclique, avec un pic revenant tous les 3 à 4 ans.

Il n’y a pas de tumuli à l’entrée des terriers de campagnols des champs, contrairement aux terriers de taupes.

Pour diminuer l’ampleur des pics de pullulation, il est nécessaire d’intervenir rapidement dès les premiers signes de présence de ce rongeur (travail du sol, pose de perchoir pour favoriser la prédation naturelle, piégeage…). L’utilisation de la bromadiolone (raticide anticoagulant) est très encadrée et réglementée par l’arrêté interministériel du 14 mai 2014. C’est dans ce cadre que la FREDON propose des journées de formation à destination des exploitants qui souhaitent s’engager dans la lutte.

La FREDON recense actuellement tous les lieux et cultures impactés par la présence du campagnol en région Centre Val de Loire. Nous avons mis en place une feuille de signalement téléchargeable depuis ce lien, que nous vous invitons à remplir et à nous renvoyer. Cela permettra d’établir des cartes de situation afin de mettre en place un réseau de lutte efficace, de détecter précocement la présence de campagnol et d'adapter la réponse en conséquence (utilisation de pièges, travail du sol, utilisation de bromadiolone).

Pour plus d’informations, contactez-nous.



Dégats de campagnols dans un champ de blé
Dégats de campagnols dans un champ de blé

Le frelon à pattes jaunes (dit frelon asiatique)

Vespa velutina nigrithorax Lepeletier
Ordre des Hymenoptera ; Famille des Vespidae

Originaire d’Asie, le frelon à pattes jaunes, communément appelé frelon asiatique, a été signalé en France en 2005 dans le Lot et Garonne. Depuis, cette espèce de frelon s’est parfaitement habituée à notre climat et son aire de progression en France mais aussi en Europe ne cesse d’augmenter d'année en année.

En savoir plus


Frelon asiatique, Vespa velutina
Frelon asiatique, Vespa velutina

La Chenille processionnaire du pin

La chenille processionnaire du pin (Thaumetopoea pityocampa Schiff) est un ravageur commun des conifères présent dans de très nombreuses régions en France. En région Centre-Val de Loire, tous les départements sont concernés. L’augmentation de son effectif, notamment dans les zones habitées inquiète bon nombre de particuliers et de collectivités territoriales. Outre l’aspect inesthétique lié à la présence des nids, les chenilles processionnaires sont responsables d’accidents allergiques graves chez l’homme et les animaux, liés aux poils urticants qu’elles libèrent dans le milieu.

En savoir plus sur la biologie de la chenille et les méthodes de lutte

La Fredon Centre Val de Loire propose différentes prestations pour les collectivités, les professionnels et les particuliers :

  • Ventes de matériels de piégeage (Ecopiège, Piège à phéromones)
  • Formation (biologie, réglementation, méthodes de lutte, protection des personnes) - nous contacter pour plus de précisions
  • Mise en place de plan de gestion pour les collectivités et les structures privées

En savoir plus sur nos prestations

De 2012 à 2015, la Fredon Centre Val de Loire a participé à un projet régional appelé ADRIEN (Arbre Dispersé et Rôle dans les Invasions d’Espèces Nuisibles) abordant la problématique de la chenille processionnaire du pin. Ce projet  était financé par le Conseil Régional Centre-Val de Loire et conduit en partenariat avec l’INRA, la FREDON Centre-Val de Loire et Plante & Cité.

En savoir plus sur le projet ADRIEN


Nid d’hiver de la Processionnaire du pin.
Nid d’hiver de la Processionnaire du pin.

Les plantes invasives

Le terme de « plantes invasives » (ou plantes exotiques envahissantes) définit des plantes exotiques, introduites volontairement ou non, qui prolifèrent dans un espace naturel au détriment de la biodiversité locale qu'elles peuvent complètement éliminer. Elles peuvent également avoir des conséquences néfastes sur l’environnement, la santé publique, l’économie…

La liste des espèces végétales invasives de la région Centre-Val de Loire comprend 67 espèces. Toutes n'ont pas atteint le même stade d'invasion.

Parmi cette liste, on retrouve des espèces aquatiques :

les jussies (jussie à grande fleur – Ludwigia grandiflora ; jussie rampante – Ludwigia peploïdes) le myriophylle du Brésil (Myriophyllum aquaticum) l’égérie dense (Egeria densa)



...et des espèces terrestres :

les renouées (renouée du Japon – Reynoutria japonica ; renouée Sakhaline – Reynoutria sacchalinensis ; renouée de Bohême – Reynoutria x bohemica)
l’Ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia) :
Espèce à surveiller du fait de ses risques allergisants (cutanés et respiratoires) importants pour la population

La FREDON Centre-Val de Loire participe au groupe de travail régional sur les plantes invasives (GTPI) animé par le Conservatoire d’Espaces Naturels du Centre-Val de Loire et le Conservatoire Botanique du Bassin Parisien, en tant que tête de réseau départementale de l’Indre et Loire.


Dans le cadre du GTPI, elle anime des ateliers et des formations sur les principales plantes invasives présentes en région Centre-Val de Loire.
Télécharger la fiche de présentation et d’inscription à la formation

La FREDON a également participé à l’établissement de la plaquette sur la gestion alternative des plantes invasives en zones non agricoles.
Télécharger la plaquette

Dans le département d’Indre et Loire, la FREDON Centre-Val de Loire coordonne le réseau de surveillance et recense les données de terrain (signalements remontés par les piégeurs de la lutte collective contre les ragondins, les pêcheurs, les associations et/ou les agriculteurs). Elle collabore avec la Fédération de Pêche (FDAAPPMA 37), qui transmet les fiches d’observations de terrain au Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien (CBNBP) pour cartographier et conseiller les communes, syndicats et techniciens de rivière en matière de gestion des plantes invasives.

Télécharger la plaquette : Les plantes invasives en Indre et Loire.

Si vous repérez une de ces plantes, contactez un des partenaires du réseau de surveillance, qui l’identifiera et vous conseillera sur la procédure à suivre.


Les Ragondins

Le plan de lutte de la FREDON CVL

Présents sur l’ensemble de la Région Centre Val de Loire, les ragondins et rats musqués sont deux espèces de rongeurs aquatiques introduits. Ces rongeurs, que nous pouvons rencontrer le long de nos cours d’eau, le long de nos fossés, se baignant dans nos étangs, ne sont pas sans causer d’importants dégâts aux berges, aux ouvrages hydrauliques, aux cultures et à la biodiversité. Porteurs de maladies graves, telles que la leptospirose, ils sont reconnus pour avoir un impact sur la santé humaine et animale. Ces deux espèces classées « nuisibles » font l’objet sur le département d’Indre et Loire d’une lutte rendue obligatoire par arrêté préfectoral.

C’est pourquoi, la FREDON CVL alerte depuis de nombreuses années les pouvoirs publics quant aux préjudices qu’ils peuvent entrainer et des coûts générés par leurs dégâts.

Les départements d’Indre et Loire et du Loir et Cher ont bien compris que seule une lutte à la fois locale et collective, durable dans le temps, faisant intervenir tous les partenaires sensibilisés à l’entretien de nos berges de cours d’eau pouvait réguler les populations de ragondins et rats musqués. Ces 2 départements soutiennent financièrement les actions de la FREDON CVL et le programme de lutte collective.

La Lutte collective par piégeage contre les ragondins et rats musqués

La FREDON CVL a mis en place en Indre et Loire (depuis 1995) et en Loir et Cher (depuis 2012) une lutte collective basée sur le piégeage. Cette action reposant sur l’adhésion des communes et des communautés de communes fait bénéficier d’un équipement de matériel, d’un suivi à la demande et permet à ses piégeurs bénévoles d’obtenir une indemnisation à la capture.
Afin de mener à bien sa mission, La FREDON CVL s’appuie sur ses partenaires privilégiés que sont les Associations des piégeurs Agréés et les Fédérations de Chasseurs des deux départements.

La lutte en Indre et Loire

La lutte collective en Indre et Loire, c’est : 117 communes adhérentes, un réseau de 120 piégeurs, 4100 prises soit une moyenne de 53 prises par commune (chiffres de 2015/2016).

La lutte dans le Loir et Cher

En 2012, la FREDON CVL, forte de son expérience en Indre et Loire sensibilise le Conseil Départemental du Loir et Cher à la lutte collective et reçoit son soutien. Depuis, elle encourage, accompagne et aide les collectivités à la mise en place de la lutte (recherche de piégeurs, mise à disposition de matériel de piégeage, gestion des indemnisations…..)

Comment adhérer à notre plan de lutte ?

1- Vous êtes une commune ou une communauté de communes
Vous rencontrez des problèmes sur les cours d’eau, les ouvrages hydrauliques, vous recevez des signalements de vos administrés…… Vous pouvez adhérer à notre plan de lutte et ainsi prendre le problème à la source en :
- Adhérant à la FREDON CVL par un bulletin d’adhésion (nous contacter pour les modalités d'adhésion)
- Désignant un piégeur en charge du piégeage sur votre territoire
- S’équipant de matériel de piégeage gratuitement
- Motivant le travail des piégeurs par le biais de l’indemnisation de la FREDON CVL

2- Vous êtes un piégeur
Vous désirez piéger et recevoir une indemnisation, signalez ce plan de lutte à votre commune et contactez- nous, nous appuierons votre demande. Sachez que la FREDON CVL peut vous faire bénéficier :
- D’une indemnisation à la capture allant de 1 à 2 €
- De matériel pour réaliser le piégeage
- D’un agrément de piégeur (sous certaines conditions)

3- Vous êtes un particulier
Vous rencontrez des problèmes de ragondins ou de rats musqués :
Contactez nous, nous pourrons ainsi faire remonter vos problèmes et sensibiliser votre commune quant à l’intérêt d’adhérer à notre plan de lutte.

Pour plus d'informations, nous contacter.


Ragondin capturé à l’aide d’une cage-piège.
Ragondin capturé à l’aide d’une cage-piège.

Les Termites, espèce invasive et xylophage

Les termites sont connues en région Centre Val de Loire depuis plusieurs dizaines d’années. Dès 1986, un groupement d’agriculteurs et de propriétaires de la commune de Chouzé-sur-Loire, adhérait à notre fédération pour définir une première zone à risque dans le département d’Indre et Loire, et mettre en place une lutte collective. La plupart des foyers connus actuellement sont situés en Indre et Loire mais des colonies ont été identifiées dans le Cher, dans l’Indre, dans le Loir et Cher et récemment dans le Loiret. La FREDON Centre Val de Loire participe à l’élaboration et à la mise à jour régulière d’une cartographie régionale des territoires colonisés par les termites.

Les termites présents en région Centre sont tous des termites souterrains. Ce sont des insectes sociaux qui vivent en colonies diffuses dans le sol.

Leur organisation sociale et leur capacité à dégrader les bois et les matériaux contenant de la cellulose en font des ennemis redoutables pour les bâtiments. Les termites sont divisés en castes: les ouvriers, les soldats et les reproducteurs. Ce sont les ouvriers qui assurent les besoins alimentaires de la colonie en cellulose et sont donc responsables des dégâts.

Des travaux récents réalisés par l’Institut de Recherche sur la Biologie des insectes (IRBI) ont permis de montrer que deux espèces de termites sont présentes en région Centre-Val de Loire : Reticulitermes flavipes, communément appelé termite de Saintonge et originaire du sud Est des Etats Unis, et Reticulitermes grasseï, termite originaire du Sud-Ouest de la France.

Les termites comptent parmi les rares organismes ayant entrainé en France une législation, « la loi termite ». Cette réglementation, intégrée dans le Code de la Construction et de l’Habitat, vise à protéger les propriétaires et les futurs acquéreurs, distingue le métier du diagnostic de celui de la prescription, et donne un pouvoir d’injonction au maire.

En savoir plus

Que faire en cas de suspicion de présence de termites ?

En cas de présence de termites, les propriétaires ou locataires ont l’obligation d’en faire la déclaration en mairie. Il est donc important, pour toute suspicion de présence de termites, de faire réaliser, dans un premier temps, un diagnostic sur site afin de confirmer la présence des termites. La FREDON Centre-Val de Loire peut réaliser ces diagnostics dans vos propriétés ou chez vos administrés. Pour plus d’informations, nous contacter.

Les prestations de la FREDON Centre :
Termites, insectes xylophages et champignons des bois d'œuvre

En savoir plus

Termite ouvrier (Reticulitermes flavipes) - photo : MP. Dufresne-FREDON CVL
Termite ouvrier (Reticulitermes flavipes) - photo : MP. Dufresne-FREDON CVL